The 100 Saison 7

311
The 100 Saison 7

Critique: The 100 Saison 7 fait monter les enchères dans sa dernière saison

La 100 est une série qui a subi plusieurs évolutions. D’un groupe d’adolescents élevés dans l’espace et envoyés sur Terre pour la première fois depuis une apocalypse nucléaire, jusqu’à maintenant, sept saisons plus tard, se trouvant sur une nouvelle planète et se battant pour la survie de la race humaine une fois de plus. C’est la capacité du The 100 à se réinventer qui l’a gardé frais et les téléspectateurs accrochés pendant toutes ces saisons. Avec la première de la septième et dernière saison ce soir sur la CW, les fans ne peuvent que s’asseoir et spéculer sur la façon dont la série va tout conclure.

La saison démarre un peu cahoteuse. Il reprend assez immédiatement après la fin de la saison 6, avec Octavia (Marie Avgeropoulos) se faisant poignarder par un adulte magique (Shelby Flannery), et se faisant aspirer dans l’Anomalie. Pendant ce temps, Clarke (Eliza Taylor) et Co. essaient de trouver un moyen de maintenir la paix à Sanctum. Les manœuvres politiques qui occupent une grande partie de l’épisode 1 sont un peu fastidieuses, mais heureusement, la saison commence à reprendre après cela (les quatre premiers épisodes de la saison ont été communiqués à la presse). L’épisode 2, intitulé «Le jardin», comble beaucoup de lacunes sur ce qui est arrivé à Diyoza (Ivana Miličević), Octavia, puis au fœtus Hope, après leur entrée dans l’anomalie. Le fonctionnement de l’Anomalie est un peu déroutant au début, mais une fois que tout commence à cliquer, il devient clair que l’Anomalie change la donne pour la série,

Bien sûr, l’Anomalie apporte également de nouvelles menaces, et bien que la paix fragile à Sanctum continue d’être menacée, beaucoup de nos héros sont appelés à y faire face, ce qui pourrait être pour le mieux. Les luttes intestines à Sanctum se sentent très bien faites pour la série, mais regarder nos héros se lancer dans une aventure de science-fiction est exactement ce que le médecin a ordonné. La saison poursuit la vitesse vertigineuse habituelle de l’émission, emballant l’intrigue dans chaque épisode.

Les thèmes classiques de la série continuent à être demandés, comme l’humanité peut-elle, même sur ses dernières jambes, cesser de se battre pour prospérer? Sommes-nous le problème? La fin justifie-t-elle les moyens? Pouvons-nous jamais nous éloigner de la violence? Cela me fait me demander comment un spectacle qui pose que la race humaine est le problème va jamais trouver un moyen de mettre fin aux choses sur une note satisfaisante. Mais peut-être que nos héros ne connaîtront pas une fin heureuse. Ce ne serait pas très The 100 s’ils le faisaient.

S’il y a des inconvénients jusqu’à présent cette saison, c’est que nous ne voyons pas beaucoup de Bellamy (Bob Morley). Il est à peu près mis à l’écart, ce qui est dommage, car il est l’un des personnages les plus aimés. Bellamy est également à son meilleur lorsqu’il partage ses scènes avec Clarke, alors j’espère que les deux se réuniront bientôt afin qu’ils puissent encore passer une bonne partie de la saison ensemble. Ce spectacle n’est jamais meilleur que lorsque ses deux dirigeants travaillent ensemble.

Pendant ce temps, Sheidheda est toujours là-bas, et nous obtenons des réponses quant à sa destination. Raven (Lindsey Morgan) obtient un arc émotionnel cette saison, tandis que Clarke traite de la mort de sa mère. Hope est un nouveau personnage intéressant, aussi déterminé que le reste de la distribution à sauver les gens qu’elle aime, alors elle s’intègre parfaitement. Avec le dernier des personnages adultes et parentaux tués la saison dernière, leurs enfants sont enfin par eux-même. La perte pèse sur eux, mais ils survivent et mènent depuis longtemps maintenant, et ils sont prêts pour cela.

Avec la mise en quarantaine, je me demandais si j’étais partant pour les enjeux de ce drame post-apocalyptique, et tout au long de l’épisode 1, je pouvais sentir mon enthousiasme décliner, mais il ne fallut pas longtemps avant que la série ne me ramène à nouveau. . Il y a un nouvel ensemble de mystères et d’enjeux cette saison qui gardera les fans au bord de leurs sièges, et qui se terminera, comme il se doit, sur une centaine d’épisodes. Et pour ceux qui répètent avec tristesse «puissions-nous nous revoir» pour cette série bien-aimée, sachez qu’il y a un pilote de porte dérobée en magasin pour une série préquelle cette saison, donc nous pourrons peut-être obtenir plus de The 100 après tout.